lundi 8 octobre 2007

New York Unit – Naima (1995)

Jazz Video - Pharoah Sanders, Birdland, N.Y. Sept. 2007

Vintage Frisson

Pharoah Sanders, Naima

À la suite d'une discussion avec l'ami Z de Jazz Chroniques et coups de cœur au sujet du magnifique album Karma de Pharoah Sanders, j'ai réécouté l'album Naima du New York Unit paru en 1995. Moins connu que ses albums tels que Karma, Izipho Zam ou Jewels of Thought, parus en 1969, on n'y retrouve pas de « free jazz » ni de percussions africaines, sauf peut-être sur un titre, Mara (impossible de renier ses origines). Pour le reste, Sanders et ses acolytes couvrent plusieurs standards, de Coltrane à un blues de T-Bone Walker. Il s'agit simplement d'une séance entre amis, de jazz post-bop de haut niveau. Sanders, qui a donné de magnifiques joyaux au monde du free jazz, a décidé de poursuivre son chemin. Les habitués du Sanders « free » seront peut-être déçus, mais comptez sur lui pour magnifier des classiques tels que Summertime ou Over The Rainbow.


Musiciens

  • Pharoah Sanders Sax Ténor
  • John Hicks Piano
  • Richard Davis Contrebasse
  • Tatsuya Nakamura Batterie

Pièces

  1. Greensleeves
  2. Naima
  3. Summertime
  4. Stormy Monday Blues
  5. I've Never Been In Love Before
  6. Skylark
  7. Mara
  8. Over The Rainbow

ShoppingAmazon.com - New York Unit, Naima


Un billet de Jazz Frisson, votre blogue de jazz francophone.

2 commentaires:

Jazz Chroniques et coups de coeur a dit...

Weah ! Salut JF !
Humm bien vu de venir parler de Pharoah, quel grand Monsieur auprès duquel on voudrait s'incliner par respect !
Pharoah c'est un grand son, un des plus beaux cris du saxophone !
Il est vrai qu'une différence de son est notable entre ses galettes des années 60 et quelques productions plus récentes, j'avais même
un CD, "Ed Kelly & Pharoah Sanders" assez sidérant, je sais même plus où il est passé !
Mais bon, les maisons de productions ont-elles fait des misères à notre homme ?
Quoi qu'il en soit, lorsqu'on est musicien, il faut manger comme tout le monde !
En tant que Jazzmen, ce n’est pas facile, et si on joue du free, ca doit être encore moins évident !
Bref, respect pour ce grand Homme du saxophone !
Super cette mise en avant du Pharoah, ça me fait très plaisir pour lui !
Ah oui, merci de ne pas avoir mis en avant « Karma ».... !
Samedi, Monsieur Pharoah fêtera ses 67 alors voila une des plus belles occasions pour lui faire un clin d'oeil ;-)

Z

Nath a dit...

Un des plus beaux cris du saxophone, héhé, belle image Z. Salut à toi et merci l'ami JF pour ce billet sur Pharoah.