mardi 16 octobre 2007

Vincent Courtois, What Do You Mean By Silence?

Jazz Video - Vincent Courtois, What Do You Mean By Silence?

Silence, j'écoute!

Savez-vous à quel point j'aime le silence? Vous pensez peut-être que je suis entouré de musique de façon constante. Que non! J'aime le silence et j'ai besoin du silence pour apprécier la musique que j'aime. De même, j'apprécie le silence dans la musique. J'aime la musique qui respire, qui me donne le temps de respirer, de réfléchir. D'où le billet d'aujourd'hui…

Aucune musique n'existe sans le silence qui la provoque.

Le cinquième élément

Le violoncelliste français Vincent Courtois a créé en septembre 2004 le trio What Do You Mean By Silence? avec le batteur François Merville et le jeune saxophoniste alto, Marc Baron. Après une semaine de création au Mali et quelques concerts en Europe, Vincent Courtois rencontre la jeune chanteuse violoncelliste Jeanne Added, tout juste diplômée du conservatoire de Paris, et décide de l'associer au projet. Sa large palette vocale, sa précision et son sens de l'improvisation s'intègrent parfaitement à l'idée que Vincent Courtois se fait de son projet. Il commence à envisager un nouveau disque dans lequel le silence serait le cinquième élément du quartette.


Vincent Courtois, What Do You Mean By Silence?

L'indispensable vide

" Aucune musique n'existe sans le silence qui la provoque " et Vincent Courtois, depuis de nombreuses années, travaille sur l'appréhension de cet indispensable vide si souvent inutilement rempli. Comme dans ses précédents albums (particulièrement Translucide chez Enja) il cherchera à mettre en musique l'intime et la profondeur d'un silence intérieur. Ne jouer et n'enregistrer que ce qui le mérite vraiment… ne pas laisser "courir" les doigts sur l'instrument sans y penser. Ne jamais avoir peur du vide est sans doute la meilleure manière de rendre hommage à la musique et de lui donner un vrai sens dans ce monde du "trop" qui nous entoure. (Infos tirées du site web Le Triton)

Shopping Amazon.com - Vincent Courtois, What Do You Mean By Silence?


Un billet de Jazz Frisson, votre blogue de jazz francophone.

3 commentaires:

Jazz Chroniques et coups de coeur a dit...

Plein de choses à dire !

En premier lieu, j’ai envie de te dire que voilà, tu as retrouvé la trace de Jeanne Added !
Je ne suis pas surpris, sa voix est magnifique sur cet extrait vidéo et je n’oublie pas qu’elle m’avait mis les larmes aux yeux lors du concert du Septet de Pierre de Bethmann !

Le silence ?
Voilà un sujet qui pourrait nous faire discuter longtemps !
En tous les cas, oui, la musique c’est le silence car c’est ce dernier qui met en valeur l’arrivée d’une note, d’un accord et une musique sans silence = un son constant !
Le silence est tabou pour le musicien, il a tendance à en avoir peur, peur du blanc, et pourtant, une musique qui respire, c’est magnifique !
Aussi, un jeu qui respire, c’est souvent gage d’une certaine maturité artistique, ne pas avoir peur de laisser le silence s’installer, de laisser les ambiances vivre !

Sur ce point, un musicien comme Erik Truffaz est tout à fait en symbiose avec cet aspect musical et il serait trop facile de dire qu’il est tout simplement influencé par Miles Davis car pour jouer comme il le fait, il faut être habité totalement par ce que l’on joue.

Jouer comme ça, c’est aussi mettre de coté son égo, et ça, ce n’est vraiment pas facile, d’autant plus en jazz, et encore plus sur des tempos up !

De là à dire que ce silence est bien souvent inutilement remplis, je trouve ça très facile !

Quoi qu’il en soit, ce que tu écris reflète tout à fait ton gout prononcé pour les productions de Manfred Eicher au sein d’un label qui a fait des « ambiances » sa marque de fabrique !
Que de voyages magnifiques au sein d’ECM Records !
Alors oui Jean François, je suis d’accord avec toi, « Que ferions-nous sans ECM Records par exemple !!! ».

Tiens pour finir, ca me fait penser à Manu Katché que tu dois connaître puisque qu’il officie souvent aux cotés de Jan Garbarek.
Il a signé 2 opus sur ECM Records dont le premier en compagnie de Jan Garbarek et Tomasz Stanko et sa musique est très belle et nourrie d’une certaine science du voyage, des ambiances et ses compositions n’ont peur de croiser les chemins du groove parfois !
Il vient tout juste de sortir son 2ème album « Playground » et le premier est « Neighbourhood ».

Tu connais ses 2 albums ?

Merci pour ce billet aérien !

Z

Jean Francois a dit...

En fait, quand je parle que le silence est bien souvent inutilement rempli, je pense à tout ce "bruit" qui nous entoure, télé, radio et qui tourne à vide.

Je pense à cette mise en attente au téléphone qui m'impose une musique que je n'ai pas demandé et qui m'horripile. A ces sites web qui lancent leur musique sans ma permission. Hola! Un peu de respect, SVP!

Évidemment, j'apprécie ECM car c'est un magnifique créateur d'ambiances. J'aime aussi des productions plus denses. Mais même celles-ci ne seraient pas écoutables sans une variation de tempo et les silences appropriés.

En fait, quand on pense à une musique qui respire, on pense aussi à une pulsation, dont le jazz est souvent porteur.

Et voilà pourquoi j'aime cette musique qui me permet de voyager, comme je respire...

ptilou a dit...

En tout cas l'extrait mis en ligne est superbe... Un pti coté "Gong" ou progressive donné par la couleur et l'expression du batteur que je ne connais pas... j'ai vu une ou deux fois Courtois au Triton... quand il passe son violoncelle dans la disto... ça gronde... bien loin du silence... ;-)